MASTERCLASS CRR TOULOUSE – SAMUEL MATHIEU

MASTERCLASS AVEC SAMUEL MATHIEU

Masterclass avec les élèves du cycle 3 du CRR de Toulouse avec Samuel Mathieu

CRR de Toulouse

Propos

La Plateforme entretient un partenariat privilégié avec le Conservatoire à Rayonnement Régional depuis 6 ans. Dans ce cadre, elle propose aux danseurs du 3ème cycle pendant 2 semaines un travail de création, avec Samuel Mathieu, l’élaboration d’une courte pièce chorégraphique, qui sera programmée au Quai des arts et dans le centre-ville de Cugnaux, sous forme de déambulations, le samedi 14 novembre.
L’idée de ces rencontres est de traverser l’univers d’un.e chorégraphe, de se confronter au travail de création au cœur de la répétition et de s’éprouver soi-même, sur scène, à la monstration de l’œuvre.

Distribution

Professeure de 3ème Cycle au CRR  : Sandrine Chaoulli

Responsable des études au CRR : Marion Muzac

Interprétation : Les danseurs du 3ème cycle du CRR de Toulouse

Genre : Danse

Cugnaux : Place de la République

Durée : 15 à 20 minutes

GRATUIT

ACCÈS QUAI DES ARTS CUGNAUX : Bus 47 au départ de Basso Cambo – arrêt Mairie de Cugnaux

Coproducteurs

Conservatoire à Rayonnement Régionale, La Plateforme/Cie Samuel Mathieu

Parcours

Nourri par son parcours d'interprète aux côtés de Régine Chopinot, Jean-Claude Gallotta, Robert Seyfried et Tomeo Vergés, Samuel Mathieu fonde sa compagnie en 2001 et fait ses débuts de chorégraphe. Interprète dans ses propres pièces, il signe également la bande son, la scénographie et la vidéo. En 2004, il crée et interprète Est-ce-O-Elle-O-solo, puis une série de pièces de groupe dont Us-Band et Go on !, dans lesquelles il instaure avec ses interprètes une relation de complicité.

À partir de 2008, son désir de partager avec des artistes étrangers, de voyager et de se nourrir d'autres cultures le mène tout d’abord en Allemagne, au Théâtre Vorpommern, où il chorégraphie Nord-Reich-Nord. Cet essai pose des principes d’écriture qui sont déclinés la même année dans Yan, un projet franco-chinois mené en France, puis au Japon en 2009 avec Généric-X.

« L’écriture des partitions chorégraphique et musicale devrait générer non seulement un entremêlement des disciplines et de leurs processus, mais aussi une rencontre déterminante en vue d’un objet commun qui exploserait le code et ferait place au corps… ».

Dès 2010, Samuel Mathieu invite le compositeur Maxime Denuc à réfléchir sur le lien musique-danse. Il propose deux projets autour du voyage d’Ulysse : Boutès puis L'Homme qui plonge pour lequel il est accompagné sur scène d'un quatuor à cordes. Suit la pièce Les Identités remarquables, une épopée portée par neuf interprètes en référence à L’Odyssée, qui devient l’œuvre magistrale de ce triptyque.

« Une pièce où la dramaturgie vient des corps. Aller au bout du mouvement, de façon solidaire, ne pas le contourner, bien au contraire ; tout en le partageant, le malaxer, le questionner, et le confronter pour en extraire le jus d’une universalité, d’un engagement physique ».

C'est dans cette continuité d'écriture, autour de l'engagement du corps, qu'en 2014 il signe R, une pièce pour 8 danseurs. Il revisite pour l'occasion une danse du sud-ouest, le rondeau, et l’interroge dans son contexte pour en extraire l'essence d'une nécessité.

Parallèlement à cette danse d’emphase, Samuel Mathieu mêle pour la première fois, en 2013, danse et arts numériques dans une pièce destinée au jeune public et inspirée des œuvres d'Yves Klein et de Pierre Soulages : La Dynamique des émotions.

Pour les pièces Monstres (2015) et Assassins (2016), créées respectivement en Lituanie et aux Pays-Bas, le chorégraphe creuse l’idée politique et décide de poser sur le plateau la question du pouvoir.

En 2017, dans Guerre, Samuel Mathieu fait le lien avec de nouveaux horizons, ouvre son propos aux arts du cirque et aux arts plastiques en mêlant l'œuvre d'Yves Klein aux enjeux de la scène.

Agenda

2020