ANIMAL SKETCHING.
ANIMAL SKETCHING.

ANIMAL SKETCHING

Samuel Mathieu - Cie Samuel Mathieu

Programmation proposée par la Grainerie – Fabrique des Arts du Cirque et de l’Itinérance – Balma/Toulouse Métropole, dans le cadre de La Nuit du Cirque

Propos

« À destination du jeune public, c’est un troisième volet avec les sangles aériennes que je souhaite mener, en lien avec le plasticien Alexander Calder. En effet, l’ingéniosité de ses sculptures en fil de fer et son approche poétique du cirque offrent un accès aux notions de mouvement et de représentation qui apparaissent comme fondamentales pour nos disciplines chorégraphiques et circassiennes. Calder permet tout d’abord cette simplicité ; il touche, tel l’enfant, cette notion d’engagement dans le jeu, de participation intense au spectacle. Il propose l’adhésion. De plus, la mise en situation du jouet est omniprésente chez Calder et m’apparaît comme un angle susceptible d’intéresser et de toucher les plus jeunes. Enfin, Calder fait ce lien majestueux entre sensible et imaginaire. Il donne à celui qui regarde la permission d’une construction dramaturgique, mentale et sensorielle, réflexive et spontanée.

Propos

Composé de croquis d’animaux, le bestiaire « Animal Sketching » est le fond, la matière, la source d’inspiration commune à nos mondes respectifs que sont la danse, le cirque et les arts plastiques. Cette base de travail universelle, nourrie d’observations et d’expérimentations tout au long de nos parcours d’artistes, alimente notre imagination, aiguise notre sensibilité et révèle cette approche à la fois biomécanique et sensorielle de l’animal. Un partage interactif avec l’enfant de cette expérience du corps dans l’espace autorise de façon subtile une narration sans dessus-dessous. Cette matière nous permet de nous emparer de l’œuvre de Calder et de traiter l’épaisseur de ses propositions plastiques.
Mobiles et stabiles, les corps évoluent dans un espace circulaire libérés de toute gravité. Tels des êtres de chair, ils traversent le cercle et inscrivent dans cet aller-retour ce désir de l’Homme de prendre, pour de bon, son envol.

Distribution

Conception et chorégraphie : Samuel Mathieu

Assistante et Regard extérieur  : Fabienne Donnio

Interprètes : Louna Delbouys-Roy, Jonas Leclere, Dimitri Rizzello

Conception lumière & son : Samuel Mathieu

Photos : Louis Jean

Genre : Danse et cirque

Tout public : A partir de 6 ans

Durée : 40 minutes

TARIF GRAINERIE 

Coproducteurs

Production : Cie Samuel Mathieu
Accueil en résidence : CIRCa – Pôle national Cirque – Auch
Accueil en résidence et coproduction : Théâtre des 2 Points – MJC Rodez – Scène conventionnée d’intérêt national art enfance jeunesse ; Coproduction : Centre Chorégraphique National Roubaix Hauts-de-France – Sylvain Groud dans le cadre de l’accueil-studio « Résidence de création scénique » /ministère de la Culture.

Parcours

SAMUEL MATHIEU
Nourri par son parcours d'interprète aux côtés de Régine Chopinot, Jean-Claude Gallotta, Robert Seyfried et Tomeo Vergés, Samuel Mathieu fonde sa compagnie en 2001 et fait ses débuts de chorégraphe. Interprète dans ses propres pièces, il signe également la bande son, la scénographie et la vidéo. En 2004, il crée et interprète EST-CE-O-ELLE-O-SOLO, puis une série de pièces de groupe dont US-BAND et GO ON !, dans lesquelles il instaure avec ses interprètes une relation de complicité. À partir de 2008, son désir de partager avec des artistes étrangers, de voyager et de se nourrir d'autres cultures le mène tout d’abord en Allemagne, au Théâtre Vorpommern, où il chorégraphie NORD-REICH-NORD. Cet essai pose des principes d’écriture qui sont déclinés la même année dans YAN, un projet franco-chinois mené en France, puis au Japon en 2009 avec GÉNÉRIC-X.
« L’écriture des partitions chorégraphique et musicale devrait générer non seulement un entremêlement des disciplines et de leurs processus, mais aussi une rencontre déterminante en vue d’un objet commun qui exploserait le code et ferait place au corps… ».
Dès 2010, Samuel Mathieu invite le compositeur Maxime Denuc à réfléchir sur le lien musique-danse. Il propose deux projets autour du voyage d’Ulysse : BOUTÈS puis L'HOMME QUI PLONGE pour lequel il est accompagné sur scène d'un quatuor à cordes. Suit la pièce LES IDENTITÉS REMARQUABLES, une épopée portée par neuf interprètes en référence à L’Odyssée, qui devient l’œuvre magistrale de ce triptyque.
« Une pièce où la dramaturgie vient des corps. Aller au bout du mouvement, de façon solidaire, ne pas le contourner, bien au contraire ; tout en le partageant, le malaxer, le questionner, et le confronter pour en extraire le jus d’une universalité, d’un engagement physique ».
C'est dans cette continuité d'écriture, autour de l'engagement du corps, qu'en 2014 il signe R, une pièce pour huit danseurs. Il revisite pour l'occasion une danse du sud-ouest, le rondeau, et l’interroge dans son contexte pour en extraire l'essence d'une nécessité.
Parallèlement à cette danse d’emphase, Samuel Mathieu mêle pour la première fois, en 2013, danse et arts numériques dans une pièce destinée au jeune public et inspirée des œuvres d'Yves Klein et de Pierre Soulages : LA DYNAMIQUE DES ÉMOTIONS.
Pour les pièces MONSTRES (2015) et ASSASSINS (2016), créées respectivement en Lituanie et aux Pays-Bas, le chorégraphe creuse l’idée politique et décide de poser sur le plateau la question du pouvoir.
En 2017, dans GUERRE, Samuel Mathieu fait le lien avec de nouveaux horizons, ouvre son propos aux arts du cirque et aux arts plastiques en mêlant l'œuvre d'Yves Klein aux enjeux de la scène.

Agenda

2020