Saltarines

Saltarines

Cie Samuel Mathieu

Création prévue pour octobre 2020

Propos

Bien que liés, danse et cirque n’ont pas toujours été sur un pied d’égalité. Dans l’Antiquité, « les danses acrobatiques s’inscrivent dans le registre chorégraphique des danses dithyrambiques, c’est-à-dire passionnées, exposées, exaltées et animées, en contraste avec les “belles danses”, calmes, décentes, modérées, sévères et mesurées » (PEIGNIST Myriam, Histoire anthropologique des danses acrobatiques, 2009, p.30).

Au XVIe siècle, la « saltarine » de l’espagnol « sauteuse » n’est pas la « ballerine » de l’italien « danseuse », et les danseurs de cordes, nommés plus tard funambules, sont considérés comme les doubles maléfiques des autres danseurs. « L’acrobatie constitue donc un interdit pour le danseur et à mesure que la danse se codifie, elle en sera complètement exclue » (DUMONT Agathe, Quand le cirque rencontre la danse, 2011, p.3).

Par leur fonction, les saltarines s’opposent à une danse calme et décente, mesurée et consensuelle. Animées, elles nous renvoient à une forme d’expression outrancière, sensuelle et sexuelle, capables d’un dépassement de soi. Loin de toute transe stérile, leur puissance fertile, qui dérange, qui dérange encore, mérite d’être mise en jeu aujourd’hui.

Saltarines est un saut à la fois grave et séduisant, âpre et joyeux. Une danse, pulsée, dynamique tout en rebond, où hommes et femmes sont réunis sous une même identité féminine. Un postulat, une alternative aux conventions entre hommes et femmes. Une approche transformiste pour les uns, si précise, si fine que le genre devient banal, inaperçu, et passe au second plan.
Saltarines est le saut qui défie la pesanteur et désavoue la rumeur. Un geste articulé, défini par ses protagonistes, tel un cri spatial et temporel, sorte d’envolée engagée, lyrique, mouvante. Comme un aveu identitaire, à l’écoute d’une pulse, d’un rythme, d’un phrasé décliné au présent. Sorte de sacre aux retrouvailles des genres et des disciplines où majeur et mineur, puissance et vulnérabilité se rassemblent.

Distribution

Conception et chorégraphie : Samuel Mathieu

Chorégraphie et interprétation : En cours

Création musicale : Maxime Denuc

Création Lumière : William Lambert et Arthur Gueydan

Coproducteurs

Scène nationale d'Albi
Scène nationale de Sète
CIRCa Pôle national cirque